Climatologie générale

La climatologie a une place importante pour les décisions stratégiques et collectives qui dictent le fonctionnement d’un territoire. Le climat est une moyenne météorologique établit communément sur une période de trente ans mais dans laquelle on constate une évolution des températures, particulièrement marquée ces dernières années, avec une variabilité spatio-temporelle entre les grandes zones climatiques et les espaces de plus en plus restreints comme les topoclimats ou les microclimats. Les grandes zones climatiques sont marquées par des facteurs globaux (latitude, proximité de grands courants marins, etc.) alors que le climat local peut être différent (en raison du relief, de l’exposition d’un bassin versant, etc.) et avoir des incidences sur les activités humaines. Les activités agricoles, comme l’exploitation de la vigne par exemple, sont directement liées à ces échelles climatiques. En France, plusieurs grands vignobles se répartissent suivant le climat régional (Champagne, Bordelais, Provençal…) mais au sein même de ces espaces existent des différences liées aux sols, aux cépages, aux pratiques agricoles et aux climats locaux (exemple en Provence le Bandol est différent des Coteaux d’Aix).

1.  Températures moyennes annuelles (1971-2000)

Dans la région PACA, comme le montre la carte ci-contre, le climat est fortement influencé par le relief : majoritairement méditerranéen, la température décline avec l’altitude pour arriver à un franc climat de montagne pour les plus hauts sommets avec une température moyenne annuelle inférieure à 3°C.

Sur la trentaine d’années analysée, les secteurs les plus chauds en moyenne (en tenant compte des températures maximales mais aussi minimales sur l’ensemble des années) se situent sur le littoral Est, de Nice à Saint-Tropez, avec des valeurs comprises entre 16,5 et 17,5°C. La température moyenne du littoral décroît d’Est en Ouest jusqu’à une valeur de 14 à 15°C en Camargue à Arles. Les secteurs situés à l’intérieur des terres sont plus chaud à l’Ouest de la Provence (Avignon : 14°C) en raison des basses altitudes. Les températures décroissent rapidement à l’intérieur des terres à l’Est de la région à cause des premiers massifs alpins situés à seulement 20 kilomètres (à vol d’oiseau) de la Méditerranée. 

2. Précipitations moyennes annuelles (1971-2000)

Les cumuls de pluie également présentent une similitude avec le relief, comme le démontre la carte ci-contre, mais cela est par endroit falsifié par l’ombre pluviométrique c’est-à-dire que les reliefs « au vent » sont plus arrosés que les reliefs opposés. Les fortes pluies intervenant généralement dans la région sont liées à deux types de situation qualifiées d’épisodes méditerranéens et apportent un tiers voire la moitié des précipitations annuelles :
-une masse d’air chaude et humide arrivant du sud ou du sud-est vient buter et se soulève le long des Alpes : elle se refroidit et la vapeur d’eau contenue se condense et retombe sous forme de fortes précipitations
-les orages locaux, couvrant parfois une petite surface, donnent d’intenses précipitations et peuvent se régénérer parfois via la Méditerranée en créant une bulle d’air froid qui agit comme un relief soulevant la masse d’air au même endroit.


En PACA, la pluviométrie annuelle moyenne par rapport à la moyenne 1971-2000 présente un contraste Ouest / Est, ou plus généralement, Provence / Alpes. Comme le démontre la carte ci-contre, à l’Ouest de la région, dans les départements du Vaucluse (84) et des Bouches-du-Rhône (13), la pluviométrie annuelle est parmi les plus faibles du territoire français avec en moyenne moins de 600mm / an. Le gradient augmente vers l’Est pour atteindre en moyenne entre 700 et 1000mm / an dans les départements du Var (83) et des Alpes-de-Haute-Provence (04). Les Alpes-Maritimes (06) sont marquées par un net contraste entre le littoral et les premiers massifs alpins, situées à une quinzaine de kilomètres de la Méditerranée : de 800 à 900 mm pour le littoral contre 1000 à 1350 mm pour les Alpes. Les Hautes-Alpes (05) se différencient par un important cumul à l’Ouest (de 1000 à 1300 mm) comparé à un cumul relativement faible à l’Est (de 600 à 900 mm) qui est dû au phénomène d’ « ombre pluviométrique » (phénomène météorologique qui intervient sur le versant d’une montagne lorsque celui-ci est protégé des vents dominants). Ce phénomène est représenté par un cercle rouge sur la carte, il est dû aux pluies arrivants par le Sud-Est : en effet, ces pluies se propagent vers le nord mais perdent de leur vitalité lors de leur passage à cause de la barrière des Alpes-Maritimes. Au fur à mesure de leur avancée vers le nord, les pluies diminuent à chaque nouvel obstacle pour s’estomper avant de percer dans le département. Plus à l’Ouest, le cumul est plus important car les précipitations venant du sud ne rencontrent pas d’obstacles majeurs.
Avec en moyenne 855 mm / an sur l’ensemble de la région, celle-ci n’est donc pas l’une des régions les plus sèches de France malgré la présence de deux des départements (Bouches-du-Rhône et Vaucluse) classés, eux, parmi les plus secs.



Citer ce billet
climat3d (2016, 20 novembre). Climatologie générale. Climat 3D. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mxnv

2 réflexions sur « Climatologie générale »

  1. bonjour
    comment obtenir les autorisations pour utiliser dans une publication les cartes de températures et de pluviométrie?
    cordialement
    G.Olivari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search