Changement climatique et vignobles de Provence

Les effets du réchauffement climatique peuvent engendrés des impacts sur les écosystèmes et notamment sur la vigne, alors qu’une partie de l’économie agricole repose sur cette plante. Cela engendre des interrogations sur le déroulement des cycles de végétation futurs. Les modifications futures possibles des vignobles de Provence notamment avec le risque accru de chaleur estivale présentent donc un intérêt dans le domaine de la viticulture. Les températures jouent en effet un rôle dans le bon déroulement des cycles de végétation, avec les fréquences de précipitations. Les vignobles provençaux, situés dans le Sud-Est de la France, présentent donc un intérêt particulier à être étudié du fait de leur position géographique. En effet, c’est dans cette zone climatique que les experts français du climat attendent un réchauffement plus marqué, particulièrement l’été.
Cette étude vise donc à caractériser le climat régional à partir de la bibliographie existante ainsi qu’à proposer plusieurs évolutions possibles de la température au cours du XXIème Siècle à partir des travaux de Meteo-France inspirés des derniers différents scénarios établis par le GIEC.
L’analyse à échelle régionale sera complétée d’une analyse climatique plus locale effectuée sous SIG à partir de l’identification spécifique topographique de chaque vignoble se trouvant en Provence.

Le registre Parcellaire Graphique (RPG) est une base de données géographique permettant l’identification des parcelles agricoles, les parcelles viticoles ont le code couleur 21 ; la résolution est la taille de la parcelle.

Cette base de données a permis de déterminer précisément où se situaient les parcelles viticoles pour permettre une catégorisation topographique de la vigne (pente, exposition au soleil, altitude), de déterminer le climat local de la vigne, pour prédire le futur de la plante en fonction des différents scénarios climatiques préétablis par le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).

La carte ci-dessous indique qu’en région PACA, le vignoble se situe majoritairement dans le Var et le Vaucluse. Les Bouches-du-Rhône complètent le podium régional avec comme principaux vignobles les Coteaux d’Aix et les Côtes de Provence Sainte-Victoire. Quelques parcelles viticoles se situent dans les Alpes-de-Haute-Provence principalement dans les plus basses altitudes du département, proches des Bouches-du-Rhône. 99% du vignoble se situe sous la limite des 400m d’altitude, cette limite est donc la barrière naturelle du vignoble en altitude mais elle pourrait augmenter en cas de réchauffement principalement dans la vallée de la Durance et vers les Alpes-Maritimes, là où sont représentées les flèches.

Ces cartes ci-dessous sont donc le résultat des TMA (température moyenne annuelle) projetées par le centre de climatologie de MeteoFrance selon les 3 scénarios « Representative Concentration Pathway »  et selon les 3 horizons (horizon proche : 2021-2050 ; horizon moyen : 2041-2070 ; horizon lointain : 2071-2100) choisis par le Drias.

A l’horizon 2021-2050, pour les 3 types de scénarios, une hausse des températures moyennes est envisagée, (même pour le RCP2.6 intégrant une politique de réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre et une limitation de la température souhaitée de 2°C) différente selon les scénarios (les chiffres ci-dessous sont des moyennes et établis par rapport aux données mesurées de 1971-2000) : Pour l’horizon 2041-2070, la hausse des températures s’accentue, selon les prévisions de MF, pour tous les types de scénarios : A l’horizon 2071-2100 : toujours une forte hausse par rapport aux données mesurées entre 1971 et 2000 mais une décroissance des températures est observée pour le scénario 2.6 par rapport à l’horizon précédent.

-RCP2.6 : La limite moyenne du vignoble pourrait augmenter de 100m par rapport à aujourd’hui, représentant comme l’indique la carte ci-contre plusieurs centaines de km² de surface pouvant potentiellement accueillir la plante.

-RCP4.5 :à l’horizon lointain : La limite du vignoble pourrait dans le cas échéant remonter à 600m d’altitude, à quelques kilomètres de Gap dans les Hautes-Alpes.

-RCP8.5 : à l’horizon lointain : Avec ces températures, la limite altitudinale du vignoble pourrait vraisemblablement remonter jusqu’à 900m en moyenne, au vu des connaissances climatologiques actuelles ; en réalité, il est probable qu’une telle augmentation de températures (la même différence qui nous sépare de la dernière période glaciaire) provoque des changements environnementaux globaux majeurs car il n’y a eu aucune augmentation si soudaine de températures dans le passé récent.

Climatologie générale

La climatologie a une place importante pour les décisions stratégiques et collectives qui dictent le fonctionnement d’un territoire. Le climat est une moyenne météorologique établit communément sur une période de trente ans mais dans laquelle on constate une évolution des températures, particulièrement marquée ces dernières années, avec une variabilité spatio-temporelle entre les grandes zones climatiques et les espaces de plus en plus restreints comme les topoclimats ou les microclimats. Les grandes zones climatiques sont marquées par des facteurs globaux (latitude, proximité de grands courants marins, etc.) alors que le climat local peut être différent (en raison du relief, de l’exposition d’un bassin versant, etc.) et avoir des incidences sur les activités humaines. Les activités agricoles, comme l’exploitation de la vigne par exemple, sont directement liées à ces échelles climatiques. En France, plusieurs grands vignobles se répartissent suivant le climat régional (Champagne, Bordelais, Provençal…) mais au sein même de ces espaces existent des différences liées aux sols, aux cépages, aux pratiques agricoles et aux climats locaux (exemple en Provence le Bandol est différent des Coteaux d’Aix).

1.  Températures moyennes annuelles (1971-2000)

Dans la région PACA, comme le montre la carte ci-contre, le climat est fortement influencé par le relief : majoritairement méditerranéen, la température décline avec l’altitude pour arriver à un franc climat de montagne pour les plus hauts sommets avec une température moyenne annuelle inférieure à 3°C.

Sur la trentaine d’années analysée, les secteurs les plus chauds en moyenne (en tenant compte des températures maximales mais aussi minimales sur l’ensemble des années) se situent sur le littoral Est, de Nice à Saint-Tropez, avec des valeurs comprises entre 16,5 et 17,5°C. La température moyenne du littoral décroît d’Est en Ouest jusqu’à une valeur de 14 à 15°C en Camargue à Arles. Les secteurs situés à l’intérieur des terres sont plus chaud à l’Ouest de la Provence (Avignon : 14°C) en raison des basses altitudes. Les températures décroissent rapidement à l’intérieur des terres à l’Est de la région à cause des premiers massifs alpins situés à seulement 20 kilomètres (à vol d’oiseau) de la Méditerranée. 

2. Précipitations moyennes annuelles (1971-2000)

Les cumuls de pluie également présentent une similitude avec le relief, comme le démontre la carte ci-contre, mais cela est par endroit falsifié par l’ombre pluviométrique c’est-à-dire que les reliefs « au vent » sont plus arrosés que les reliefs opposés. Les fortes pluies intervenant généralement dans la région sont liées à deux types de situation qualifiées d’épisodes méditerranéens et apportent un tiers voire la moitié des précipitations annuelles :
-une masse d’air chaude et humide arrivant du sud ou du sud-est vient buter et se soulève le long des Alpes : elle se refroidit et la vapeur d’eau contenue se condense et retombe sous forme de fortes précipitations
-les orages locaux, couvrant parfois une petite surface, donnent d’intenses précipitations et peuvent se régénérer parfois via la Méditerranée en créant une bulle d’air froid qui agit comme un relief soulevant la masse d’air au même endroit.


En PACA, la pluviométrie annuelle moyenne par rapport à la moyenne 1971-2000 présente un contraste Ouest / Est, ou plus généralement, Provence / Alpes. Comme le démontre la carte ci-contre, à l’Ouest de la région, dans les départements du Vaucluse (84) et des Bouches-du-Rhône (13), la pluviométrie annuelle est parmi les plus faibles du territoire français avec en moyenne moins de 600mm / an. Le gradient augmente vers l’Est pour atteindre en moyenne entre 700 et 1000mm / an dans les départements du Var (83) et des Alpes-de-Haute-Provence (04). Les Alpes-Maritimes (06) sont marquées par un net contraste entre le littoral et les premiers massifs alpins, situées à une quinzaine de kilomètres de la Méditerranée : de 800 à 900 mm pour le littoral contre 1000 à 1350 mm pour les Alpes. Les Hautes-Alpes (05) se différencient par un important cumul à l’Ouest (de 1000 à 1300 mm) comparé à un cumul relativement faible à l’Est (de 600 à 900 mm) qui est dû au phénomène d’ « ombre pluviométrique » (phénomène météorologique qui intervient sur le versant d’une montagne lorsque celui-ci est protégé des vents dominants). Ce phénomène est représenté par un cercle rouge sur la carte, il est dû aux pluies arrivants par le Sud-Est : en effet, ces pluies se propagent vers le nord mais perdent de leur vitalité lors de leur passage à cause de la barrière des Alpes-Maritimes. Au fur à mesure de leur avancée vers le nord, les pluies diminuent à chaque nouvel obstacle pour s’estomper avant de percer dans le département. Plus à l’Ouest, le cumul est plus important car les précipitations venant du sud ne rencontrent pas d’obstacles majeurs.
Avec en moyenne 855 mm / an sur l’ensemble de la région, celle-ci n’est donc pas l’une des régions les plus sèches de France malgré la présence de deux des départements (Bouches-du-Rhône et Vaucluse) classés, eux, parmi les plus secs.